Qu’est-ce que c’est ?

Dietland est un roman écrit par Sarai Walker et adapté en série par AMC. La série a été annulée au bout d’une saison, mais ça n’empêche pas d’en parler !

L’histoire suit Plum, une journaliste qui répond au courrier des lecteurs d’un magazine pour jeunes filles. Plum est grosse, pas bien ni dans son corps ni dans sa vie, et elle économise pour se payer une chirurgie bariatrique. Alors qu’un groupe terroriste féministe baptisé Jennifer fait la une des infos en punissant les hommes coupables de violences envers des femmes, Plum rencontre une communauté de femmes, Calliope House, qui va changer sa vie.

Le roman n’a malheureusement pas encore été traduit en français mais vous pouvez le trouver par là, la série est disponible sur PrimeVideo.

Pourquoi c’est bien ?

Dietland est une histoire difficile qu’on peut avoir du mal à lire / regarder, mais c’est bien pour plein de raisons ! La série comme le livre abordent des sujets compliqués et notamment la grossophobie et les violences faites aux femmes.

Le personnage de Plum est attachant et bouleversant, et je l’ai particulièrement appréciée dans le livre qui suit vraiment bien son fil de pensée et son évolution alors qu’elle passe de plus en plus de temps avec les femmes de Calliope House. Dans la série, elle est jouée par Joy Nash, une actrice vraiment grosse, et ça, ça fait du bien (on a tellement l’habitude que les personnages censés être gros soient interprétés par des personnes qui ne le sont pas du tout !)

Dans le roman, on suit le chemin de Plum et les actions de Jennifer en arrière plan donnent une ambiance bien particulière. La série donne plus de place à Jennifer, personnellement j’ai préféré comment l’histoire était traitée dans le livre, mais je comprends ces choix pour créer une série, surtout si plusieurs saisons étaient pensées au moment de la création. Avec Jennifer, Calliope House et le parcours de Plum, Dietland est un cri révolutionnaire. 

Dans l’ensemble, je pense avoir préféré le roman, mais j’ai enchainé la lecture et le visionnage, ce qui rend toujours plus difficile l’appréciation de l’adaptation. J’étais très emballée par la série au début, un peu moins au fil des épisodes, je pense que j’ai créé un lien moins fort avec les personnages de la série qu’avec ceux du roman, mais ça reste une série que je conseille !

Attention par contre, gros trigger warning : il y a des scènes très violentes, dans le livre comme dans la série. De la grossophobie bien sûr, mais aussi des viols et autres scènes difficiles. Si vous pouvez supporter ça, Dietland vaut le coup d’être lu et/ou vu, mais si vous êtes sensibles, évitez peut-être.

Ma sélection

Pour conclure, un extrait du roman et la bande-annonce de la série.

There was a phantom woman in my mind that I was comparing myself to, and I had to force her from the dressing room. When she was gone, I looked at my body, the body that had kept me alive for nearly thirty years, without any serious health problems, the body that had taken me where I needed to go and protected me. I had never appreciated or loved the body that had done so much for me. I had thought of it as my enemy, as nothing more than a shell that enclosed my real self, but it wasn’t a shell. The body was me. This is your real life. You’re already living it. I removed the clothes and stood naked before the mirrors, turning this way and that. I was round and cute in a way I’d never seen before.

Il y avait le spectre d’une femme dans ma tête à laquelle je me comparais, et j’ai dû la forcer à partir. Une fois qu’elle a été partie, j’ai regardé mon corps, le corps qui m’avait maintenue en vie pendant presque trente ans, sans aucun sérieux problèmes de santé, le corps qui m’avait portée où j’avais besoin d’aller et qui m’avait protégée. Je n’avais jamais apprécié ou aimé ce corps qui avait tant fait pour moi. Je l’avais vu comme un ennemi, comme rien de plus qu’une coquille qui enfermait ma vraie vie, mais ce n’était pas une coquille. Ce corps c’était moi. C’est ça ta vraie vie. Tu la vis déjà. J’ai enlevé les vêtements et je me suis tenue, nue, devant les miroirs. me tournant et me retournant. J’était ronde et mignonne, d’une façon que je n’avais jamais vue auparavant.

Vous avez vu ou lu Dietland ? Laissez votre avis dans les commentaires ! 

 

 

ça se passe par là ou en cliquant sur l’image


Envie de soutenir Fat Lobster ? Partagez ce contenu !