Entre le désespoir quand on se rend compte qu’il va falloir prendre une taille au-dessus, ou les histoires racontées avec nostalgie ponctuées de « je faisais un 36 à l’époque ! », sans parler du mythe foireux d’après lequel les femmes auraient toutes dans leur placard un vieux jean parfait mais trop petit qu’elles rêvent de pouvoir remettre, les tailles des vêtements que l’on porte reviennent bien trop souvent dans les conversations de mode et de shopping.

Bref, on se prend beaucoup la tête pour un petit chiffre sur une étiquette, qui au final ne représente pas la valeur qu’on lui donne. Alors si on disait aux tailles sur les étiquettes de nos vêtements d’arrêter de décider de ce qu’on pense de notre corps ?

Pourquoi la taille ça ne compte pas ?

(rires de la foule)

Les tailles affichées sur les vêtements ne sont que des indications pour nous guider. C’est sûr que si on ne les avait pas, nos séances shopping deviendraient un peu la grosse galère. Les tailles (à peu près) universelles sont indispensables dans le monde du prêt-à-porter. Mais ce n’est pas parce qu’on en a besoin qu’il faut les considérer comme des mesures fixes et 100% sûres.

D’une marque à l’autre, la même taille peut beaucoup varier. Avec nos vêtements conçus en Espagne, en Suède, aux États-Unis ou encore au Royaume-Uni, comment pourrait-on avoir dans toutes les boutiques des tailles identiques au centimètre près ? Chaque marque et chaque pays a ses habitudes. Faire un 40 chez l’un et un 44 chez l’autre, ça arrive donc facilement. Les tailles sont aussi parfois à côté de la plaque parce que la marques n’a pas vraiment pris en compte les morphologies mais c’est un autre débat…

La coupe et la matière vont aussi jouer un rôle. Pour un vêtement qui se porte près du corps, vous aurez peut-être besoin du taille un peu plus grande, et au contraire d’une plus petite pour quelque chose d’ample ou stretch, ou encore avec une taille élastique.

New Body New Look - 15 étapes pour retrouver son style quand le corps change

Comment ne pas laisser ton shopping se faire pourrir par les tailles ?

Enfin, on a beau savoir tout ça, quand on complexe sur son corps, on a du mal à se dire que la taille, ce n’est pas très important.

Pour t’habituer à cette idée que les tailles ne sont qu’un indicateur qui n’a pas le rôle de valider ton corps, apprends à  bien connaitre tes marques préférées. Savoir que dans telle boutique il faut bien un 46, mais que dans telle autre le 42 peut être ce qu’il y a de mieux sur certains vêtement, ça aide beaucoup, ça fait gagner du temps et ça évite les déceptions.

N’hésite pas à essayer plusieurs tailles. Si tu doutes de la taille à prendre bien sûr, mais aussi de temps en temps quand tu ne doutes pas. Parfois, on se persuade qu’on ne peut pas porter telle ou telle taille, alors qu’en fait c’est elle qui nous va le mieux. Encore une fois, ça dépend tellement des matières et des coupes que tout est possible (en témoigne ma veste kimono en XS/S de chez Karl Marc John que j’aime d’amour alors que je fais plutôt un 44-46) (merci à ma sœur qui m’a dit d’essayer cette taille que je n’aurais même pas regardée).

Ne t’arrête pas à la taille sur l’étiquette. Regarde le vêtement sur le cintre, plaque-le sur ton corps pour te donner une idée. Si ça te semble petit ou grand par rapport à ce que tu portes habituellement, prends quand même ta taille habituelle mais aussi une ou deux autre pour essayer.

Et si une taille que tu n’as pas l’habitude de porter est celle qui te va le mieux mais que ça ne te réjouit pas ? Pas de panique ! Si vraiment, tu sens la crise de déprime arriver au moment de l’essayage, pense à ce que je te disais dans cet article : Que faire quand c’est le drame en cabine d’essayage ?

Si tu as évité le drame mais que quand même ça ne te rend pas super jouasse cette nouvelle taille, pense que ton corps n’a peut-être pas changé, mais que ce vêtement taille petit / grand, ou que sa coupe / matière demande de prendre une autre taille que celle dont tu as l’habitude.

Mais tu as peut-être aussi grossi (ou maigri – même si je pense que les gros complexes, dans notre société, viennent plutôt du fait d’avoir peur de grossir, certaines personnes peuvent avoir le problème inverse et je pense tout autant à vous), et CE N’EST PAS GRAVE. Un corps, ça change et c’est normal.

Selon se qui passe dans nos vies, il est normal de maigrir ou de grossir. Un coup de stress, une période difficile, des vacances gastronomiques, les hormones, bref la vie, ça se voit sur le corps. Bien sûr quand des changements te semblent anormaux ou inquiétants, va voir ton médecin. Si tout ce qui t’inquiète c’est d’être passée du 42 au 44, dis-toi que connaitre et aimer son corps, c’est aussi accepter qu’il change et apprendre à le redécouvrir au fil des années. Quelques soient les changements par lesquels il passe, il reste BEAU.

Oubliez la taille de vos vêtements ! - Fat Lobster

 

 

ça se passe par là ou en cliquant sur l’image

 


Partage le message !