Apprendre à s’aimer, je le dis tout le temps, c’est un chemin qui peut demander du temps pour être exploré. Et forcément, il y a des hauts et des bas. Seulement voilà : toi tu as l’impression d’avoir fait de super progrès, de mieux t’aimer, de t’accepter comme tu es, d’être plutôt bien dans ta peau, et d’un coup, tout écroule.

La grosse difficulté, c’est d’apprendre à s’aimer aussi dans les difficultés. Quand tu traverses un moment compliqué dans ta vie, quand ton corps change, quand tu as un peu plus de mal à avancer, quand tu as des problèmes de santé… tu peux avoir l’impression de revenir en arrière.

Je me suis récemment retrouvée face à ce problème. J’ai eu des événements émotionnellement difficiles à gérer, mon hypothyroïdie a recommencé à transformer mon quotidien et avec tout ça, une légère prise de poids m’a mise face à ma peur de grossir. Donc forcément, je suis plus consciente de mon corps (difficile de ne pas l’être avec des douleurs et une fatigue chronique) et de mes complexes. Mais je ne pense pas que ça veut dire que j’ai fait un pas en arrière ou que je m’aime moins. C’est juste la vie, et ça ira mieux (spolier alert : ça va déjà mieux). Être consciente de ça, c’est hyper important parce que s’aimer et s’accepter, ce n’est pas s’imposer la recherche d’une autre perfection, celle d’être toujours heureuse et super bien dans sa peau. C’est vivre avec les hauts comme avec les bas.

Ne jamais hésiter à aller voir un·e professionnel·le

Disclaimer avant d’aller plus loin dans cet article : je ne suis pas thérapeute, je ne suis pas médecin. Lire des articles sur l’amour de soi, appliquer mes conseils pour trouver les bons vêtements qui peuvent t’aider à te sentir bien dans ta peau, ça peut t’aider, mais ça ne va pas forcément faire tout.

Si tu vis un truc très difficile ou si tu as vraiment du mal avec ton image, si c’est quelque qui pèse très lourd sur tes épaules, il ne faut pas hésiter à te faire accompagner par un médecin ou un thérapeute. Commence par en parler à ton généraliste si tu ne sais pas où aller, il ou elle pourra t’écouter et t’aider. Tu peux aussi consulter l’annuaire du G.R.O.S. ou la liste safe des Gras Politique.

Apprendre à s’aimer, c’est aussi apprendre à faire de soi une priorité et à demander de l’aide quand on en a besoin. C’est aller chez le médecin s’il le faut, prendre soin des bobos du corps mais aussi de ceux du mental.

Apprendre à s’aimer, c’est aussi accepter les difficultés

J’ai l’impression que quand on utilise des termes à connotation « positive », on a tout de suite l’impression que cette pensée efface, voire nie, tous les aspects négatifs de la vie.

Après la grosse vague de body positive, on a par exemple vu des gens commencer à parler de body neutrality. On a le sentiment que s’aimer veut dire qu’on adore tous les détails de son corps et qu’on se débarrasse de tous ses complexes.

Je ne vois pas du tout les choses comme ça. J’adore les termes positifs mais je ne pense pas qu’ils ignorent le négatif pour autant.

Apprendre à s’aimer et à s’accepter c’est aussi apprendre à passer les moments difficiles. Ça ne veut pas dire qu’ils sont moins douloureux ou moins longs, c’est juste savoir qu’on a encore plus besoin de prendre soin de soi dans ces moments. Et même si on a du mal à se sentir bien dans son corps dans ces moments, ça n’empêche pas de s’aimer.

Considère-toi comme ta première amie. Et une amie qui va mal, est-ce que l’aimes moins parce qu’elle passe un moment difficile et qu’elle porte des fringues un peu plus confortables et un peu moins élégantes, qu’elle a moins envie de sortir et qu’elle fait moins de blagues ? Absolument pas.

Quand rien ne va, prends soin de toi

Je te parlais plus haut des difficultés auxquelles j’ai eu à faire face. Ce serait mentir de dire que ça c’est passé tranquillou. J’ai été triste, en colère, découragée, fatiguée. Mais j’ai aussi fait ce que j’avais besoin de faire pour avancer. Je suis allée voir mon médecin, je me suis autorisée à fonctionner un peu plus au ralenti, j’ai essayé de m’écouter, j’ai fait attention à mon sommeil. Plein de petites choses qui n’ont pas résolu mes problèmes en un claquement de doigts, mais qui m’ont aidée à avancer, et surtout à me sentir moins impuissante.

Quand ta vie devient plus compliquée à gérer, c’est normal d’avoir l’impression que tu fais marche en arrière. Tu vas peut-être voir revenir des pensées que tu n’avais plus. Tu vas peut-être avoir plus de mal avec ton reflet dans le miroir, dans ta relation avec ton corps, ou plus de difficultés pour te sentir bien dans tes vêtements.

Mais en vérité, tu ne fais pas marche arrière. Tu as juste un obstacle à dépasser, et tout le chemin que tu as déjà parcouru, rien ne peut l’effacer.

Bien entendu, comme je le disais plus haut, si tu es dans une période difficile et que tu as du mal à t’en sortir, il faut se faire aider sans hésiter. Seulement dans la vie, les moments difficiles ne sont pas toujours des moments qui demandent une aide professionnelle (ce qui n’est pas une raison pour te dire « mon problème n’est pas assez important pour aller voir quelqu’un », si tu en ressens le besoin, tu y vas !).

La difficulté à s’aimer et à se sentir bien dans sa peau, elle est parfois réactivée par des petites choses ou sans même qu’on comprenne trop pourquoi.

Une petite prise de poids, un coup de fatigue, une déception, une période de doute, et rien ne va plus. Tu te sens mal et la chouette relation que tu avais construite avec toi-même te semble s’effilocher.

Le self-care, c’est important dans tous les moments de ta vie, les hauts comme les bas. Et dans ces périodes où tu as l’impression de ne plus avancer, voire même d’aller en arrière, c’est encore plus important de prendre soin de toi. Ce self-care, ça peut passer par plein de choses. Prendre le temps de couper ton téléphone, faire de ton sommeil une priorité, prendre un moment tous les jours pour ne rien faire, lire des romans légers qui te vident la tête, marcher, t’offrir une pause détente avec ton thé préféré, écrire… il y a plein de façon de prendre soin de toi, et c’est à toi de trouver ce qui t’aide vraiment à avancer. À chaque fois que tu fais ça, tu te dis « je t’aime », et même si tu n’as pas l’impression que ça change beaucoup dans ta relation avec toi-même, crois-moi, ça t’aide.

Le petit coup de pouce de la penderie positive pour apprendre à s’aimer dans les moments difficiles

Je pense que tes vêtements peuvent t’aider à te sentir comme une Wonder Woman, mais je pense qu’ils peuvent aussi te servir de béquille quand tu traverses un moment difficile, que ce soit une journée, une semaine de SPM intense ou une période un peu compliquée.

Pour faire de ta penderie une alliée dans ce genre de situation, voici ce que tu peux notamment essayer d’appliquer :

Ce n’est pas le moment d’essayer des trucs complètement fous. Même si je pense qu’essayer tout ce qui te fait envie, et sortir de ta zone de confort, ça ne peut que t’aider à trouver ton style, quand tu as du mal à te sentir bien dans ta peau et dans ta vie, tu n’as pas forcément l’énergie pour ça.

C’est par contre complètement le moment de te porter tout ce qui est dans ta zone de confort vestimentaire. Et si tu as encore un peu du mal à la définir, c’est peut-être dans ces moments où tu te sens un peu vulnérable que tu arriveras à en dessiner les contours et à voir ce qui t’aide vraiment à te sentir bien.

Porte ton look doudou (une robe courte et des leggings pour moi) autant que tu en as envie, il est là pour te soutenir et te réconforter. Pense confort mais pas uniquement. Tu peux notamment t’amuser avec des accessoires pour donner plus de style à ta tenue. Le but ce n’est pas de trainer en pyjama, parce que ça, ça n’aide pas vraiment ton estime de toi, mais c’est d’être à l’aise avec une tenue qui te donne la sensation d’être une seconde peau sans pour autant avoir le sentiment de te négliger.

Ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour révolutionner toute ta penderie (ceci dit, si tu en ressens le besoin, ça peut complètement être un truc qui va t’aider! !), mais ça ne t’empêche pas de tenter des petits trucs qui te font vraiment envie ou de faire des petits changements. Les petits gestes peuvent faire beaucoup : une nouvelle coiffure, te maquiller différemment ou porter des bijoux, ça peut t’aider à te sentir mieux dans tes baskets. Ces petits gestes ils sont importants pour apprendre à s’aimer parce qu’ils te permettent de faire quelque chose de concret (et de se sentir un peu moins fataliste) et qu’ils peuvent t’aider à reprendre confiance en toi.

Les petits obstacles de la vie, ils peuvent te donner l’impression que c’est trop dur d’apprendre à s’aimer, mais ce n’est pas parce que tu as parfois plus de mal à t’accepter que tu n’avances pas. Et si tu es dans un moment difficile tout de suite, je t’envoie plein de soutien et de bonnes ondes 💙.

Partage cet article sur Pinterest !

Apprendre à s'aimer quand ça ne va pas

Partage le message !