Pratiquez le shopping positif - Fat LobsterA priori, faire les magasins devrait toujours être un moment plutôt chouette. Mais ce petit moment peut se transformer en grosse galère quand on a perdu le plaisir du shopping ou qu’on ne choisit tout simplement pas ses bons moments. Et si on disait stop aux galères et oui au plaisir ?

Le plaisir du shopping

Une visite dans une boutique de fringues ne devrait être qu’un moment de plaisir. S’il y a autre chose qui vient s’en mêler, alors autant rester chez soi, non ?

Seulement voilà, on peut arriver à perdre le plaisir de faire les boutiques (virtuelles ou physiques) parce qu’on en est trop souvent sortie déçu.e et triste après des essayages infructueux.

Pour retrouver le plaisir du shopping, le mieux je pense est de déjà commencer par ne plus voir l’achat comme une étape obligatoire. Repartir les mains vides, c’est signe qu’on se connait bien et qu’on n’achète pas n’importe quoi. Faire les boutiques pour le plaisir, sans acheter et même sans essayer, c’est prendre le temps de chercher l’inspiration, de voir ce qui se fait cette saison, et c’est comme ça qu’on construit doucement son look et son sens du style.

Choisir le bon moment pour faire du shopping

Il y a quelques mois, j’ai essayé un sweat-shirt rose (une couleur dont je n’avais pas encore trop l’habitude) pendant mes règles, avec donc le ventre gonflé et le moral bancal. Je ne me sentais pas bien, ça n’allait pas. J’ai réessayé ce sweat-shirt une semaine plus tard, et je le trouvais nickel. Aujourd’hui, j’adore le porter.

La leçon dans cette anecdote, c’est qu’essayer des vêtement quand on ne sent pas bien est rarement une expérience positive. Je pense que ce jour-là, même la plus parfaite des robes m’aurait parue bof.

Comme je le disais dans un autre billet, se réconcilier avec son corps et avec sa penderie, ça prend du temps et il faut parfois ne pas trop se bousculer et prendre soin de soi (c’est un peu pareil pour tout dans la vie je trouve. On avance beaucoup mieux quand on prend le temps de se faire un câlin à soi-même de temps en temps). Le shopping quand on ne va pas bien mène souvent à la déprime post essayage désastreux ou à l’achat compulsif.

Je ne vais pas vous dire : « évitez les magasins quand vous vous sentez mal » parce que c’est un peu plus compliqué que ça. À vous de voir comment vous fonctionnez, ce qui vous fait du bien, et ce qui vous en fait moins.

Voilà cependant quelques principes que j’essaye d’appliquer et qui vous seront sûrement bénéfiques si vous trouvez que shopping rime avec difficulté :

  • s’il vous arrive régulièrement de sortir déprimé.e de la cabine d’essayage, évitez d’essayer des vêtements quand vous vous sentez mal dans votre peau (et lisez ce billet : Que faire quand c’est le drame en cabine d’essayage ?)
  • n’achetez pas quand vous doutez. Si vous avez une tendance à l’achat compulsif, qui reste ensuite au fond de votre placard sans voir le jour, demandez-vous si vous êtes bien sûr.e de cet achat avant de passer à la caisse, quitte à reposer le vêtement et à revenir un autre jour. Soyez encore plus vigilant.e les jours où vous n’avez pas trop le moral car c’est là que vous risquez d’essayer de compenser un malaise par l’achat.
  • concentrez-vous sur votre mission : si vous cherchez une tenue pour le mariage de votre cousin, ce n’est peut-être pas le jour pour en plus essayer des trucs qui changent de l’ordinaire. Bien sûr, si vous le sentez, foncez ! Mais si l’achat de la tenue de mariage vous semble déjà compliqué, vous éparpillez est le meilleur moyen de ne pas réussir à accomplir votre mission.
  • si vraiment vous ne vous sentez pas au top, pourquoi aller faire du shopping ? Ne seriez-vous pas mieux chez vous, avec une série et un thé ? Les magasins seront encore là demain ou la semaine prochaine !

Avoir du style quand on n’aime pas le shopping

Vous avez envie d’être bien habillé.e mais vous détestez les magasins. Bonne nouvelle : vous avez la chance de vivre à l’époque de la magie d’internet, alors réjouissez-vous, les deux ne sont pas incompatibles. La meilleure solution est de se définir un uniforme, de préférer des pièces de qualité pour ne pas avoir à les remplacer trop souvent et d’adopter le shopping en ligne dans le confort de son canapé. Les conseils précédents s’appliquent aussi : quand vraiment vous devez acheter une nouvelle pièce, attendez un jour de bonne humeur pour que la mission soit expédiée plus facilement (on reparlera bientôt du « style sans efforts » !).

Et vous, quelle relation entretenez-vous avec le shopping ? Plaisir ou galère ? 


Envie de soutenir Fat Lobster ? Partagez ce contenu !