Parfois j’ai un peur d’être la meuf chiante qui dit tout le temps « T’as essayé la méditation ? ». Je te rassure, je suis quand même consciente que ce n’est un truc magique qui permet de résoudre tous les problèmes. Mais la méditation de pleine conscience m’a tellement apporté que j’ai envie de la conseiller à tout le monde !

Méditer m’a notamment aidée à me sentir mieux dans ma peau, à me réconcilier avec moi-même, et arrêter de voir mon corps comme quelque chose qui n’était pas « moi ». Je médite quotidiennement, ou presque, depuis plusieurs années maintenant et les bienfaits sont évidents pour moi !

C’est quoi le rapport entre la méditation et le corps ?

Je ne soupçonnait pas en commençant la méditation l’impact qu’elle aurait sur ma vie. J’avais déjà compris que j’avais du mal à gérer le stress et que ça augmentait les symptômes de mon hypothyroïdie. Et donc qu’il fallait que je trouve un moyen de me détendre. J’avais entendu plusieurs fois parler de méditation de pleine conscience, alors pourquoi ne pas essayer puisqu’apparemment cette pratique pouvait justement aider avec le stress ?

Pour moi, la méditation c’était un peu comme prendre un bain : ça te détend sur le moment, ça te fait du bien, mais ça n’a pas vraiment de grandes implications sur le long terme.

Et j’avais complètement tort. D’ailleurs, quand je raconte comment je me suis réconciliée avec moi-même, l’histoire commence souvent là : quand j’ai commencé à méditer.

Alors qu’est-ce que ça apporte la méditation de pleine conscience et pourquoi ça peut aider à s’accepter ? Tout d’abord, ça te force à te poser avec toi-même, dans l’instant présent. Ça t’oblige à prendre du temps pour toi régulièrement, et donc à te dire que tu comptes. Le self-care, je t’en parle tout le temps, parce que pour moi c’est le premier truc à faire si tu es mal dans ta peau ou complexée.

Voir aussi : C’est quoi le self-care ?

Prends du temps pour toi, pour te poser, pour recharger tes batteries, pour prendre soin de toi quoi. Et en méditant c’est ce que tu fais. Tu te concentres sur le moment présent et tu oublies le reste. Ne culpabilise pas si tu n’arrives pas à faire le vide dans ton esprit parce que ce n’est pas le but (mais c’est ce qui m’a bloquée pendant longtemps et qui gêne beaucoup de personnes j’ai l’impression). Le but, c’est de noter quand justement ton esprit se met à vagabonder et de revenir au moment présent (à ta respiration par exemple).

La méditation de pleine conscience m’a aussi aidée à me reconnecter avec mon corps parce que pour se mettre dans le bon état d’esprit il faut se concentrer sur soi, notamment avec l’exercice du body scan dont je t’ai déjà parlé.

Comment peux-tu te mettre à la méditation ?

Peut-être que tu as déjà eu envie de te mettre à la méditation mais que tu n’y arrives pas. Voici quelques idées pour t’aider si tu as envie de retenter l’expérience. Mais avant, je tiens à te dire que ce n’est pas parce que pour moi, la méditation a changé beaucoup de choses que cette pratique va te convenir. Tu peux essayer différentes méditations guidées pour voir si ce n’est pas la voix ou la façon de faire qui ne te convient pas, mais si ça ne vient pas, tu n’es pas obligée d’insister. Tu trouveras autre chose pour te faire du bien.

Partage cet article sur Pinterest !

La méditation de pleine conscience et l'acceptation de soi.
Comment méditer pour réussir à s'accepter ?

Pratiquer la méditation de pleine conscience avec une appli

Aujourd’hui, il y a plein d’appli qui peuvent t’aider à apprendre à méditer. Personnellement, j’utilise Headspace (qui est en anglais par contre), mais il y aussi Petit Bambou, Calm, Zenfie… Elles sont souvent payantes avec quelques méditations gratuites, n’hésite pas à en tester plusieurs pour voir ce qui te correspond le mieux. La voix des méditations guidées va beaucoup jouer dans ton choix, il faut qu’elle te plaise !

Le petit bémol des applications : il y a souvent un tracker, ce qui peut être bien pour te motiver, mais aussi culpabilisant. Je sais que pour moi, ce tracker m’a à une époque aidée à faire de la méditation une habitude parce que voir le nombre de jours d’affiliés où je méditais augmenter était une petite récompense. Mais au bout d’un moment, j’ai fini par culpabiliser quand j’étais moins assidue. Alors prends du recul par rapport à ces données : ce qui compte c’est comment tu te sens et ce que tu peux faire. On n’est pas là pour gagner un concours.

L’exercice du body scan

J’aime beaucoup l’exercice du body scan, qui consiste donc à scanner ton corps. Et si tu as du mal avec la méditation de pleine conscience, tu peux n’en garder que cette partie.

Le principe est simple : installe-toi confortablement, assise ou allongée, fais quelques grandes respirations puis scanne mentalement tout ton corps, en commençant par la tête. Tu peux aller doucement et passer partout ou faire plusieurs scans plus rapides, mais sans juger ce que tu ressens, seulement en le remarquant de façon neutre.

J’aime cet exercice qui permet, je trouve, de se reconnecter à soi et à son corps, de s’aligner avec soi-même. Quand il est pratiqué régulièrement, il aide à lâcher prise et à se remettre dans le moment présent.

Pratiquer une activité méditative

La méditation, ce n’est pas forcément s’asseoir en tailleur et se concentrer sur sa respiration ! Et si ça ce n’est pas trop ton truc, tu peux aussi pratiquer une activité méditative. Quelque chose qui ne te demande par énormément d’efforts intellectuels, éventuellement d’assez répétitif. Quelques exemples ? La marche, le jardinage, le coloriage, la broderie… Laisse-toi emporter par ce que tu fais, observe tes gestes, installe-toi dans ta bulle.

Moi, je fais du point de croix. Dans le point de croix, les gestes sont très répétitifs, et ça me vide complètement la tête. Je n’avais jamais fait le lien, mais je me suis remise à faire du point de croix, une activité que je pratiquais petite, en 2015, l’année où je me suis aussi sérieusement mise à méditer. Cette année-là, je sais que c’est une année importante qui a été très difficile mais aussi l’année où la personne que je suis aujourd’hui à commencé à prendre forme.

En allant voir un·e sophrologue

La méditation de pleine conscience et la sophrologie ont beaucoup en commun. Alors si tu as envie de méditer mais que tu as du mal à t’y mettre, tu peux aussi tout simplement aller voir un·e professionnel·le. Peut-être que ça t’aidera à trouver le déclic !

Ce que j’ai fait pour prendre l’habitude de méditer

J’ai vraiment commencé à méditer en 2014 et à en faire une habitude en 2015. J’entendais depuis un moment parler de méditation de pleine conscience, j’avais essayé plusieurs vidéos sur YouTube mais je ne trouvais rien qui me branche vraiment. Je ne sais plus comment j’ai entendu parler d’Headspace, mais c’est quand j’ai commencé à utiliser cette appli que tout à changé et que j’ai réussi à m’y mettre.

Pour moi c’est clairement l’appli qui m’a aidée à méditer quotidiennement, ou presque. Déjà parce que la voix d’Andy Pudicombe qui fait les méditations guidées me touche, mais aussi parce que les explications me semblaient claires et que j’ai vraiment compris comment faire. Je pense que le format des applications (et donc pas uniquement d’Headspace) avec des cycles à thèmes aide aussi à construire une habitude.

J’ai commencé par la version gratuite et j’ai rapidement pris un abonnement. Avoir payé a aussi joué son rôle : je n’avais pas beaucoup d’argent, alors investir dans un outil était quelque chose d’important. Je ne pouvais pas l’oublier et me donner l’impression d’avoir gâché mes sous.

Ce qui m’a aussi beaucoup aidée à faire de la méditation une habitude est de l’avoir mise dans ma routine. J’ai trouvé un moment qui me semblait idéal pour méditer (le matin, avant de me lever, dans mon lit), et j’ai toujours gardé ce moment. La méditation fait partie de ma routine matinale.

Enfin, j’ai essayé de me mettre un challenge (méditer tous les jours), mais sans pression. Quand je n’avais vraiment pas envie, je ne m’imposais pas 20min de méditation, mais juste 3 ou 5min, voire même juste un body scan. Je ne brisais pas l’habitude comme ça, mais je ne transformais pas ma pratique en corvée non plus.

Aujourd’hui, j’ai suffisamment l’habitude de méditer pour être plus légère dans ma pratique. Je médite quasiment tous les jours en semaine (le weekend, j’ai tendance à oublier parce que ma routine est différente), mais je ne note plus quand je le fais ou pas, et surtout je ne culpabilise pas de sauter quelques jours.

La méditation est donc pour moi un outil fantastique, qui m’aide à rester alignée, à décompresser, qui stimule aussi ma concentration et mon énergie. Elle a joué un grand rôle dans mon acceptation de ce que je suis et dans mon épanouissement personnel. Je suis consciente que ce n’est pas une pratique qui va correspondre à tout le monde, mais je ne peux que conseiller d’au moins lui donner une chance pour voir ce que ça donne. Et bien sûr, de pratiquer sans pression, sans culpabilité, le but est de se faire du bien, pas de s’ajouter de nouvelles injonctions !

 

 

ça se passe par là ou en cliquant sur l’image

 


Partage le message !