Il ne suffit malheureusement pas de se lever à matin et de se dire « aller, zou, à partir d’aujourd’hui je me kiffe à 100% » pour que ça arrive. L’amour et l’acceptation de soi, c’est un chemin en constante évolution.

Et pour avancer, tu dois trouver tes petits trucs qui vont t’aider à te sentir bien et à te réconcilier avec toi-même. En voici six qui m’ont aidée et qui j’espère t’aideront aussi ! J’aurais pu en ajouter un septième, « se réconcilier avec sa penderie », parce que je suis sûre que les bons vêtements peuvent aider à se sentir mieux dans son corps, mais c’est un sujet trop large pour une sous-partie, tu trouveras tous mes articles sur le sujet dans la catégorie « S’habiller ».

Avant de commencer, je te rappelle que je ne suis pas thérapeute, et si mes mots peuvent t’aider, ils ne feront pas forcément tout. N’hésite pas à consulter un·e professionnel·le si tu as besoin d’un soutien.

Le body scan

Ces dernières années, j’ai fait de la méditation une pratique quotidienne (ou presque, il m’arrive bien entendu de sauter des jours, et parfois plusieurs d’affilés, ce n’est pas la perfection qui compte). Je pratique la méditation de pleine conscience et je sais que ça m’a vraiment aidée à me reconnecter avec mon corps. J’utilise pour ça l’application Headspace, et chaque méditation guidée commence par un « body scan », un exercice qui fait beaucoup de bien je trouve dans l’apprentissage de l’amour de soi.

Comment ça marche ? Le body scan, ou scan du corps, est exactement ce que son nom laisse supposer : le fait de scanner mentalement son corps, des pieds à la tête. Tu t’installes confortablement, tu prends quelques grandes inspirations puis tu fermes les yeux. Tu te concentres alors sur toi et tu passes mentalement par toutes les parties de ton corps, une ou plusieurs fois, sans jugement, seulement en remarquant de façon neutre comment tu te sens tout de suite.

Pourquoi ça fait du bien ? En faisant cet exercice régulièrement, tu prends l’habitude de demander à ton corps « hé, comment ça va ? ». Tu donnes de l’importance à ton bien-être, et tu reconnais que ton corps est là, comme il est, et qu’il fait partie de toi. Pendant longtemps, je voyais mon corps comme quelque chose qui n’était pas moi et cette pratique m’a aidée à l’assimiler.

Lister ses qualités et oublier le corps

Se reconnecter avec son corps c’est une étape importante pour apprendre à s’aimer. Mais le piège, c’est que tu peux te retrouver trop concentrée sur ton corps et oublier tout ce que tu es en dehors de ton physique. Certes, ton corps est là et tu mérites de l’aimer tel qu’il est. Mais tu n’es pas que ton corps, tu es bien plus que ça.

Comment ça marche ? Prends ton journal, un papier, un nouveau carnet, ouvre ton application de notes, un document sur ton ordinateur… bref n’importe quoi sur lequel tu aimes écrire et liste tout ce qui fait que tu es toi. Tout ce que tu aimes chez toi, tout ce que les autres voient chez toi. Et attention, tout mérite d’être noté. Il n’y a pas de petites qualités, tout ce qui fait que tu es toi, c’est bien. Si tu réussis très bien la tarte aux pommes, c’est une qualité, autant que le fait d’avoir fait un don à une association. Dans cette liste, il n’y a pas de classement, tout se vaut, car c’est ce tout qui fait que tu es toi.

Pourquoi ça fait du bien ? Tu es un être humain et donc un être complexe. Ce qui fait « toi », c’est plein de choses, de la plus petite à la plus grande, et tu ne te résumes pas à ton poids, à tes bourrelets, à tes vergetures, à tes cicatrices, à ta cellulite. Tu es bien plus que ça, et pour apprendre à t’aimer, tu dois t’aimer dans ton ensemble. Cette liste est là pour te le rappeler. Tu peux la mettre à jour de temps en temps ou repenser à tout ce que tu y as noté les jours difficiles.

Tenir un journal de gratitude

Ce n’est pas un concept innovant, mais c’est une idée qui fait toujours du bien. Le journal de gratitude est super pour t’aider à voir les jolies choses de la vie et à te satisfaire de ce qui t’entoure.

Comment ça marche ? L’idée de départ est simple : tous les jours, note trois choses que tu as aimées dans la journée. Là encore, ça peut être de toutes petites choses comme de plus grandes : le ciel bleu, ton dessert, le dernier épisode de ta série préférée, avoir fait la grasse matinée, avoir bouclé un dossier difficile… Tu peux aussi avoir de la gratitude pour des choses qui te semblent acquises, comme le fait de pouvoir marcher, entendre, parler, d’avoir à manger ou l’eau courante, parce que tout le monde n’a pas cette chance et ça ne fait pas de mal de se le rappeler.

Pourquoi ça fait du bien ? Le journal de gratitude aide à pratiquer la pensée positive, et ça c’est un grand pas pour apprendre à s’aimer. Je ne dis pas qu’il faut toujours être positive. La vie est complexe et le négatif a autant de place que le positif. Mais réussir à voir les plus petites jolies choses et réussir à faire preuve de gratitude pour tout ce que tu as, c’est ça qui peut t’aider à vivre les moments difficiles, et à te sentir mieux avec toi-même.

Se pardonner pour apprendre à s’aimer

Comment beaucoup de monde, tu es peut-être plus dure avec toi-même qu’avec les autres. Tu exiges beaucoup de toi, tu ne laisses rien passer, tu t’imposes des choses difficiles, tu as des mots violents, et tu t’en veux pendant des semaines au moindre « faux-pas ».

Une des difficultés dans la relation avec soi-même, c’est de réussir à se pousser, à avancer, à progresser, à réaliser ce qui te fait envie, sans pour autant t’auto-flageller au moindre échec ou sans trop exiger de toi-même.

Et c’est comme ça qu’au lieu d’accepter tes défauts, tes imperfections, et même de les voir comme des forces, tu te retrouves à faire des régimes toxiques, à t’en vouloir quand tu manges un bout de gâteau, à t’imposer un sport que tu détestes ça, à te dire que tu es moche et que tu ne vaux rien.

Tu ne vas pas arrêter toutes ces « mauvaises » habitudes en un claquement de doigts, mais si tu veux changer ça, tu peux déjà commencer par te pardonner.

Comment ça marche ? Commence par noter des choses dont tu te souviens que tu t’es imposées, ou que tu as dit à toi-même. Tu n’es pas obligée de tout noter en une fois, tu peux bien sûr faire ça en plusieurs moments, surtout si ça te demande un effort émotionnel. Repense à ce que tu as ressenti, puis demande-toi pardon. Tu peux utiliser le mantra inspiré du ho’ponopono et répéter « désolée, pardon, merci, je t’aime » jusqu’à ce que tu te sentes mieux, ou trouver ta propre façon de te pardonner.

Pourquoi ça fait du bien ? Te pardonner, c’est capital si tu veux te réconcilier avec toi-même, ça te permet de repartir sur de nouvelles bases, d’apaiser les douleurs du passé. Personnellement, le « désolée, pardon, merci, je t’aime » m’a beaucoup aidée à débloquer certaines choses et à me sentir plus sereine avec moi-même.

Ceci dit, attention : si tu es très mal dans ta peau ou à un moment difficile de ta vie, cet exercice, comme les autres d’ailleurs, ne sont peut-être parce qu’il te faut. Pour te plonger dans ton passé et tes souffrances, il vaut mieux que tu sois accompagnée par un·e professionnel·le. Le développement personnel aide à s’épanouir mais ne remplace pas une aide médicale quand on en a besoin (et il n’y a AUCUNE honte à avoir besoin d’aide, alors n’hésite pas à te faire aider).

Se dire « je t’aime »

Tu ne dois pas attendre d’être en adoration devant ton reflet avant de commencer à te dire que tu t’aimes. L’amour de soi, ce n’est pas se trouver magnifique tout le temps, ne plus pleurer et avoir toujours confiance en soi. C’est s’accepter comme on est, être ok avec ses défauts, prendre soin de soi dans les bons moments comme dans les moments difficiles. C’est apprendre à se dire « je t’aime » dans toutes les circonstances, même quand on a du mal à s’aimer.

Comment ça marche ? Rien de plus simple que de se dire je t’aime. Regarde-toi dans le miroir (ou pas !) et dis les mots magiques. Fais-le aussi souvent que possible, quand ça va bien, et quand ça va moins bien, quand tu as besoin d’un coup de boost au moral et quand tu te trouves jolie.

Pourquoi ça fait du bien ? Peut-être que tes premiers « je t’aime » manqueront de conviction. Mais doucement, ces petits mots prendront de plus en plus de force. Il est important, je trouve, de se dire « je t’aime » même quand on a du mal à y croire, comme on le ferait avec une personne extérieure (quand tu es en colère contre un proche par exemple, ça ne t’empêche de continuer de l’aimer. C’est pareil avec toi, tu ne t’aimes pas que dans les moments positifs).

Se parler comme à une amie

Je t’ai déjà parlé de l’importance des mots que tu utilises envers toi-même. Le choix des mots, le ton, les symboles qui se cachent derrière, tout ça, ça compte beaucoup, et ça forge comment tu te sens avec toi-même.

Comment ça marche ? Prête attention à comment tu te parles et à comment tu parles de toi. Est-ce que tu emploie des mots ou des images violentes, des choses que tu n’oserais pas dire à quelqu’un de proche ? Si tu te surprends à avoir des paroles dures envers toi-même, ne culpabilise pas, ne t’en veux pas, ne te critique pas plus. C’est bien normal. Mais corrige cette pensée, en te disant « je t’aime » ou en faisant quelque chose qui te fais du bien. Tu dois essayer de te comporter envers toi-même comme si tu étais ta meilleure amie, la personne que tu aimes le plus au monde. Est-ce que tu envisagerais dire à cette personne tout ce que tu te dis ? Comment te comporterais-tu avec elle ?

Pourquoi ça fait du bien ? Ta meilleure amie, c’est toi. La personne qui va te suivre toute ta vie, c’est toi. Alors autant être sympa avec toi-même. Te dire que tu es la personne la plus importante de ta vie, c’est un premier pas pour t’accepter et t’aimer (et bien sûr, ça ne veut pas dire que tu ne vas pas aussi donner de l’importance à d’autres personnes et respecter tout le monde !).

L’amour et l’acceptation de soi, ça prend du temps et ce n’est pas facile tous les jours. Ce qu’il faut retenir, c’est justement que tu es un tout. Tu as des jours super, et d’autres ou au contraire ou tout va mal. Ce n’est pas grave, tes faiblesses ne veulent pas dire que tu n’est pas « bien », et ce que tu perçois comme des « imperfections » physiques ne le sont pas : le corps parfait n’existe pas, et ce sont toutes tes particularités qui font que tu es une personne fantastique.

Tu peux aider à faire connaitre Fat Lobster en partageant cet article sur Pinterest !

6 exercices pour apprendre à s'aimer
6 exercices pour l'amour de soi

 

 

ça se passe par là ou en cliquant sur l’image


Envie de soutenir Fat Lobster ? Partagez ce contenu !