Avant de pouvoir s’aimer, il faut déjà réussir accepter son corps. Face aux réussites des autres qu’on peut notamment voir sur les réseaux sociaux, on peut parfois oublier que l’amour de soi se cultive et n’est pas quelque chose qui s’atteint du jour au lendemain. Lire des messages sur l’amour de soi ou suivre des personnes inspirantes, c’est super. C’est peut-être ce qui va te motiver à vouloir arrêter les régimes et à t’accepter telle que tu es… jusqu’à ce que tes complexes te rattrapent et que, découragée, le changement te paraisse impossible.

Rassure-toi, il est tout à fait normal de penser ça et de passer par des moments de doutes ! Vouloir accepter son corps et l’aimer, ça ne suffit malheureusement pas pour balayer ses complexes du jour au lendemain. C’est un chemin qui prend du temps, mais un joli chemin sur lequel chaque pas t’apportera un peu plus de bonheur, alors suis-le en prenant tout le temps dont tu as besoin.

Doit-on forcément aimer son corps pour s’épanouir ?

L’amour de soi a le vent en poupe ces dernières années, et on pourrait le voir comme une injonction de plus. Toutes ces personnes qui osent ce que toi tu n’oses pas, qui semblent accepter chez elle tout ce qui chez toi te semble insurmontable, qui se sentent bien dans leur peau alors que toi tu as du mal à te regarder, peut-être que ça te donne de l’espoir, peut-être aussi que ça te déprime complètement et que tu as l’impression que toi tu n’y arriveras jamais.

Mais au font, ça veut dire quoi « s’aimer » ? Est-ce que c’est vraiment tout aimer chez toi, inconditionnellement, ne plus avoir aucun complexe physique, porter tout et n’importe quoi sans jamais te poser de questions ? Dans un monde idéal, sûrement. Dans la réalité, pas du tout.

Il faut prendre les choses comme elles sont. Nos complexes sont là, ils se sont construits sur des trucs bien pourris, sur de la grossophobie, du sexisme, de la méchanceté. Nous pouvons comprendre tout ça, déconstruire, avancer, construire autre chose. Peut-être qu’au passage, tu arriveras à écraser complètement certains de tes complexes, peut-être que tu arriveras à en tolérer d’autres, peut-être aussi que pour certains ça sera un peu plus difficile.

Mais avoir des complexes avec lesquels tu n’arrives pas complètement à te réconcilier, ça ne t’empêche pas de t’épanouir, d’être heureuse, de porter des vêtements que tu aimes et de vivre ta meilleure vie. Parce qu’apprendre à t’aimer, ça ne passe pas forcément par le fait d’oublier que tu aies pu avoir des complexes. C’est aussi grandir avec et apprendre à voir ce qui te complexe comme étant juste des choses qui font partie de toi.

T’aimer, c’est réussir à être sympa avec toi. C’est ne plus utiliser des mots dénigrants quand tu parles de toi, ou te corriger quand tu le fais encore. C’est prendre du temps pour toi. C’est être à l’écoute de tes besoins et des besoins de ton corps. C’est te dire que tu es bien comme tu es, même quand tu n’y crois pas trop. C’est être ta meilleure amie. C’est t’entourer de personnes qui te font du bien. C’est ne pas culpabiliser d’avoir pris un dessert. C’est ne pas t’en vouloir quand tu n’arrives pas à porter un crop top ou un autre vêtements qui te complexe. C’est reconnaitre tes complexes sans les laisser occuper toute la place dans ta vie.

T’aimer, c’est énorme, et pourtant, je suis sûre que c’est beaucoup plus simple que ce que tu crois. Parce que tu n’as pas besoin d’être parfaite dans ton corps comme dans tes pensées pour être bien avec toi-même.

J’ai encore du mal à porter certains vêtements parce que mon ventre est cet énorme complexe tellement difficile à surmonter. Mais ça ne m’empêche pas de me dire que je m’aime et d’être plutôt bien dans ma peau. Je ne suis pas que mon ventre, je suis plein d’autres jolies choses. Je m’aime parce que je peux accepter mon corps, même si je ne le trouve pas parfait et que j’ai encore des complexes. Je m’aime parce que j’arrive à m’écouter et aussi à me pousser. Je m’aime parce que je suis fière de ce que j’ai déjà accompli, même des toutes petites choses, et que les montagnes que je n’ai pas encore réussi à franchir n’entachent pas mes victoires. Je m’aime parce que parfois justement, j’ai du mal à m’aimer mais que je sais que ça va passer, et que si ça ne passe pas, alors je fais tout pour prendre soin de moi.

Accepter son corps : une étape vers l’amour de soi

T’aimer, ce n’est donc pas oublier tous tes complexes, c’est les dompter. Et avant de réussir à t’aimer, entièrement, dans toutes tes imperfections qui font que tu es toi, il faut déjà réussir à t’accepter. Tu ne vas pas passer du stade « je déteste tout ce que je suis » à « je pourrais vivre en bikini, no problemo » en une journée.

Ton but ultime est peut-être d’être capable de sortir avec un crop top ou une robe moulante sans penser à tes bourrelets, ou de te mettre en bikini sans avoir envie de cacher tes vergetures derrière un paréo. N’oublie pas ce but ultime, un jour tu y seras et ce sera une grand victoire. Mais pour y arriver il va falloir passer par d’autres étapes.

La première c’est d’accepter ton corps. Avant de te dire « j’aime mon corps avec son gras, avec ses vergetures, avec les marques du temps … » bref, avec tout ce qui te complexe aujourd’hui, commence déjà par te faire à l’idée que ton corps est comme il est. Commence par te dire « J’ai des bourrelets, des vergetures … c’est comme ça. J’ai du mal à être en paix avec tout ça pour le moment, mais ça ne fait pas de moi une moins bonne personne. Ça n’impacte pas ma valeur. J’avance à mon rythme, ce n’est pas une course. Mon corps n’est pas parfait mais ce n’est pas grave même si là, ça ne me plait pas trop ».

Cette pensée peut paraitre un peu simpliste. Après tout, tu es tout à fait consciente de ce qu’est ton corps puisque tu y penses tous les jours en essayant de cacher ce qui te semble horrible chez toi. Et pourtant ! Dans une société qui vit au rythme des régimes amaigrissants, on peut être en décalage avec la réalité de son corps, ne pas le voir tel qu’il est tellement on est habituée à l’imaginer tel qu’il sera une fois qu’on aura fini cet énième régime. Se dire, en plus de « mon corps est comme ça », qu’il ne sera jamais cette perfection que tu imagines et qu’il changera au cours de ta vie, c’est ça qui est difficile.

Admettre ce qui est, sans y ajouter de la culpabilité et de l’auto-critique, c’est un pas énormissime. Honnêtement, c’est lui le pas le plus difficile, alors concentre-toi sur ça et soi déjà très fière de toi quand tu y arrives, même si tu n’y arrives pas encore tous les jours. Et il y a plein de choses, plus ou moins importantes, que tu peux faire pour t’aider à arriver à ce point et à accepter ton corps. Comme quoi ?

  • rappelle-toi que maigrir / avoir le corps parfait ne va pas résoudre tous tes problèmes. Si quelque chose ne va pas dans ta vie, ce n’est sûrement pas la faute de ton corps, cherche plutôt à régler ces soucis ou à changer ce qui ne te rend pas heureuse.
  • apprends à recevoir tes émotions et à les gérer (je te conseille d’ailleurs le podcast Change ma vie sur le sujet).
  • trouve ta zone de confort vestimentaire, pour pouvoir te sentir bien dans ton look tous les jours avant de réussir à oser porter ce qui te fait peur. ➙ Voir : La zone de confort vestimentaire
  • oublie les régimes qui sont une spirale infernale, sont souvent suivis par une reprise de poids et peuvent participer au développement de TCA. Essaye de réapprendre à te familiariser avec ton appétit et avec tes envies, mais aussi de remarquer si tu as tendance à compenser la tristesse ou la colère par la nourriture. Pour te réconcilier avec la nourriture, je te conseille de t’inscrire à La Quotidienne de Mangeuse Libre !
  • prends soin de toi, parce que as le droit de faire tout ce qui te fait du bien, de prendre du temps pour toi et que c’est même indispensable à ton bien-être. ➙ Voir : C’est quoi prendre soin de soi ?
  • cultive l’amour de soi au quotidien, avec des petits gestes simples. ➙ Voir : 6 façons de cultiver l’amour de soi.
  • autorise-toi à être imparfaite, parce que justement, ce sont tes imperfections qui font que tu es un être unique. ➙ Voir : Comment s’autoriser à ne pas être parfaite ?
  • écoute ton intuition, que ce soit pour choisir tes vêtements ou dans d’autres domaines. Va vers ce qui te fait du bien, ce qui te semble être le plus « toi ». ➙ Voir : Pourquoi il ne faut pas écouter les conseils morphologie.
  • sache que t’accepter ce n’est pas tout aimer chez toi, et que ce n’est pas grave parce que tu n’as pas besoin d’en aimer chaque détail pour accepter ton corps. ➙ Voir : S’aimer, ce n’est pas s’aimer tous les jours.

Il n’y a pas de petites victoires dans l’acceptation de soi

Le problème des success stories c’est qu’on a tendance en les racontant ou en les écoutant à se concentrer sur la situation du début et la situation finale, sans se souvenir des petits détails entre les deux qui ont permis l’évolution. Bien sûr, on parle des grandes étapes, des changements et des prises de conscience qui ont tout changé. Pour arriver à ces grandes étapes, il faut passer par des victoires qui peuvent sembler moins importantes mais qui font tout autant avancer.

Essayer un vêtement qui te fait peur même sans l’acheter. Donner / vendre tes vêtements qui ne te vont plus. Commencer à critiquer quelqu’un sur son look ou son physique, t’en rendre compte et essayer de remplacer tes pensées par quelque chose de plus positif. Avoir des paroles dures envers toi-même, te demander pourquoi tu te parles comme ça et essayer de ne plus le faire. Tenter un petit changement dans ton look que peu de personnes vont remarquer mais qui veut dire quelque chose pour toi … Tous ces petits événements sont des briques que tu ajoutes à la construction de ton bien-être. Chaque pas, aussi petit soit-il, te fait avancer, alors réjouis-toi de tout ce que tu accomplis ! Et les jours où ça ne va pas, parce qu’il y a forcément des jours où ça ne va pas, souviens-toi que tu as déjà fait un petit bout de chemin et que c’est ça qui compte.

N’hésite pas à tenir un journal de gratitude dans lequel tu noteras tes petits plaisirs du quotidien. Ou encore à faire une liste de tes victoires, à la compléter quand tu en as de nouvelles et à la relire quand tu as besoin d’un coup de pouce. Dans le même esprit, tu peux aussi t’écrire une lettre un jour de bonne humeur pour t’auto-remonter le moral dans un moment plus sombre.

Enfin, je ne le répéterai jamais assez, si tout ce que je te dis n’aide pas ton mal être et te semble impossible, alors n’hésite pas à te tourner vers un·e professionnel·le de la santé. Le développement personnel, la pensée positive et tout ça, c’est très bien, mais ça ne remplace pas une aide médicale quand on en a besoin, et il n’y a pas de honte à en avoir besoin !

Et toi, où en es-tu dans ton chemin vers l’acceptation et l’amour de soi ? Qu’est-ce qui t’a aidé à avancer ? Que fais-tu pour accepter ton corps et donner moins d’importance à tes complexes ? Tu penses que ça veut dire quoi « s’aimer » ? Que ça se reflète dans quelles actions ? Tu peux partager tes réponses et ton expérience dans les commentaires !

Tu peux partager cet article sur Pinterest !

S'accepter avant de s'aimer
Apprendre à s'accepter avant de réussir à s'aimer.
Accepter son corps avant de réussir à s'aimer

 

 

ça se passe par là ou en cliquant sur l’image

 


Partage le message !